Color ° Beige / Beige

Color ° Beige / Beige

Une couleur pour une saison Beige : appartient au champ chromatique du blanc. Cette couleur qualifie souvent un tissu qui n'a reçu...


Une couleur pour une saison

Beige : appartient au champ chromatique du blanc. Cette couleur qualifie souvent un tissu qui n'a reçu aucun traitement, ni teinture, ni blanchiment. C'est la couleur de la laine naturelle, entre le blanc cassé et le brun très clair. En effet, le beige a ceci d’unique dans le spectre des couleurs qu’il peut prendre des tonalités froides ou chaudes en fonction des couleurs qui l’environnent. Il possède la chaleur du marron et la froideur du blanc, et comme le marron il peut être parfois fade.

Un peu d'histoire chromatique

Au XIXe siècle et auparavant, les teinturiers ne pouvaient garantir que les produits qu'ils utilisaient, tant pour le blanchissage que pour la teinture, étaient inoffensifs, ni que les teintures pouvaient résister à un lavage poussé. Pour cette raison, les sous-vêtements étaient généralement beiges ou écrus. La nuance d'un tissu écru, au sens cru, non préparé, est très variable.

Le beige, ça vient du blanc

Le blanc résulte de « la teinte obtenue en mélangeant la lumière de toutes les couleurs » selon Isaac Newton, elle n'est donc pas réellement une couleur. Pour Goethe, le blanc s'oppose au noir en faisant une des trois paires de couleurs pures.

>Obtenir du blanc pour donner de l'éclat à toutes les couleurs est un problème ancien, commun aux teinturiers et aux artistes. Le blanc doit être blanc et le rester. Il existe donc un « Colour Index » de pigments blancs. La céruse (PW1), à base de plomb, a longtemps été le seul pigment vraiment blanc et couvrant, avec l'inconvénient de la toxicité cause de son interdiction. Il a été remplacé, depuis, par le blanc de zinc (PW4) et le blanc de titane (PW6).

L'étymologie du mot proviendrait du germanique blank, qui signifiait dans un premier sens : brillant, clair, et dans un second sens : nu.

Et dans la culture ?

En Occident, le blanc est, entre autres, le symbole de la pureté et de l''innocence. Il est également associé à l'absence, au manque : une page blanche (sans rien), une voix blanche (sans timbre), une nuit blanche (sans sommeil), une balle à blanc (sans poudre), ou encore « J'ai un blanc ! ».On pense aussi à la virginité, au propre, à la sérénité, à la paix (le drapeau blanc et la colombe), le froid (le réfrigérateur et le glacier) ou encore à la vieillesse et la sagesse.En Asie et dans une partie de l'Afrique, le blanc est la couleur du deuil.

Pour les mélomane il existe un très beau travail jazz écrit et joué par Duke Ellington en 1943 sous le nom de « Black, brown and beige ».

COMMENTS

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.