Le Malaise dans la civilisation – Sigmund Freud

Le Malaise dans la civilisation – Sigmund Freud

Un passage de ma dernière lecture en date.. La vie, ce fardeau qui nous est imposé, est trop lourde pour nous,...


Un passage de ma dernière lecture en date..

La vie, ce fardeau qui nous est imposé, est trop lourde pour nous, elle nous apporte trop de souffrances, de déceptions, de problèmes insolubles. Pour la supporter, nous ne saurions nous passer de sédatifs. De tels remèdes, il existe peut-être trois sortes : de forts divertissements, qui nous amènent à faire fi de notre détresse, des satisfactions de remplacement qui l'atténuent, des stupéfiants qui nous y rendent insensibles. Ce sont des divertissements que vise Voltaire, lorsqu'il conclut son Candide sur le conseil de cultiver son jardin ; l'activité scientifique est aussi l'un de ces divertissements. Les satisfactions de remplacement comme en offre l'art sont, par rapport à la réalité, des illusions - pour autant non moins efficaces psychiquement, grâce au rôle qu'a pris l’imagination dans la vie psychique. Les stupéfiants influent sur notre corps, modifient sa chimie.

Pour un peu plus de détail : Sommes-nous faits pour le bonheur ? À lire cet essai de 1929 que Freud intitula d’abord Le Bonheur et la civilisation, puis Le Malheur dans la civilisation, avant de s’en tenir à Malaise dans la civilisation, on peut en douter, notre existence étant plutôt caractérisée, selon lui, par la violence, la souffrance et l’insatis¬faction. Utilisant la théorie des pulsions élaborée dix ans plus tôt dans Au-delà du principe de plaisir, Freud explique pourquoi l’agressivité, l’hostilité et la cruauté sont inhérentes au genre humain, il dégage ce qui les relie au plaisir et à l’amour, et il montre à quelles conditions la culture permet de contrôler les pulsions de mort. Un livre terriblement actuel sur la violence dans notre société, mais aussi sur l’égoïsme et l’altruisme, le sentiment de culpabilité et la conscience morale, la possibilité même de liberté individuelle.

Le Malaise dans la civilisation par Sigmund Freud en 1930, éditions Points

No related post

COMMENTS

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.